Trail des lumières & peur du noir !

Loin d’être confiante après mon loupé au semi de Budapest je devais, il y a dix jours de ça, affronter mon tout premier trail à Nancy 🙋🏼

 

img_3138

L’organisation Courir sur des legendes m’ayant gentiment offert un dossard j’avais le choix entre trois formats :

– Le trail des loupiotes : 12km

– Le trail découverte : 20km

– Le trail des lumières : 33km

J’ai beaucoup hésité entre les deux premiers formats. J’avais peur de rester sur ma faim avec le 12km & de ne pas tenir le 20km… J’opte finalement pour ce dernier.

La frontale étant obligatoire je m’offre ce modèle chez Decathlon & ma copine Lidiwine me céde une de ses paires de trail.

img_3129
On se rassure comme on peut…

Finalement deux jours avant la course, l’organisation annonce que le parcours est rallongé de deux kilomètres. Ça n’arrange pas mes affaires ! A ce moment là, je me dis que je vais pas pleurer pour deux kilomètres supplémentaires…

Samedi 14 octobre – 18h le départ est donné ! Ça monte d’entrée de jeu, ça me va : j’aime le dénivelé et ça m’évite de partir trop vite. Ça bouchonne pas mal, je me retrouve sur des single track (oui je parle le langage trail 😬) je suis obligée de marcher.

Les 7 premiers kilomètres passent vite, je découvre totalement la discipline avec les chemins dans les bois à devoir éviter les racines, les branches, les plaques de boue et tout ce qui me demande assez de concentration pour complètement zapper de regarder ma montre et de trouver le temps long.

img_3350
T’as le look coco…

Au 8eme kilomètres on entre dans la forêt, je dois allumer ma frontale, j’adore l’ambiance que ça donne à la course. Je regarde derrière je vois plein de petites étoiles 🌟😍 À ce moment là je me dis que la course va passer vite si elle se déroule ainsi jusqu’au bout…

J’ai un petit passage à vide à partir du 10eme, et la première grosse descente parsemée de cailloux qui me tue les jambes.  Allez je tiens le coup jusqu’au 13eme où je devrais tomber sur le ravito et sur ma team supporter j’ai nommé : ma mère.

Le ravito se trouvera finalement au 15eme ce qui ne m’aide pas à relancer, j’alterne course et marche. Je commence à avoir mal aux pieds. À ce moment là je me dis que finalement ça risque d’être un peu long quand même…

Au ravito ma mère n’est pas là (elle a pas trouvé le spot) , je bois un peu mais je ne mange rien (#Erreur). Je repars assez vite.

img_3111
Passage éclair au ravito !

Les kilomètres ne sont pas affichés sur le parcours, je me réjouis d’avoir pris ma montre pour avoir une petite idée d’où j’en suis. Elle affiche 16km. Les chaussures s’avèrent finalement trop petites pour moi mais je vais m’en apercevoir seulement après deux heures de course. À ce moment là mon cerveau va bloquer et je me dis que j’aurais dû me contenter du 12km pour une première expérience…

Je m’accroche à un groupe mais je dois m’arrêter pour une pause pipi dans les bois. Quand je reviens sur le chemin des coureurs passent à mon niveau mais ils vont trop vite pour que je les suivent. C’est là qu’il va m’arriver ce que je redoutais le plus : me retrouver seule. Je ne vois plus personne devant moi, je me retourne il n’y a plus une seule lumières en vue. Mon cerveau passe automatiquement en mode Projet Blair Witch. Je sais pas pourquoi je tente une expérience débile : celle d’éteindre ma frontale juste pour voir. Hé bien j’ai vu que j’étais vraiment une flipette, l’obscurité et l’ambiance bruits de forêt vont me faire imaginer des scénarios dignes de films d’horreur de seconde zone (heureusement le parcours est ultra bien balisé et je sais que je n’ai pas dévié). Seule solution pour ne plus être seule : appeler JR en facetime ce qui l’aura bien fait rire…Quatre minutes qui m’auront parues une eternité & puis de nouveau de la lumière derrière moi 🙌🏼

Je n’arrive plus à me contenter de la frontale comme seule source de lumière, ça use les yeux et me fatigue très vite…

 

 

img_3351

Je me dis que je vais manger pour me requinquer mais je me rends compte que j’ai oublié mes barres dans mon autre sac… J’alterne marche et course jusqu’à l’arrivée, je vais croiser mes parents un kilomètre avant la fin j’ai envie de chialer, j’engloutis un brownie que ma mère me donne et que je vais avoir envie de vomir aussi vite !

3h05 après le départ je passe la ligne d’arrivée complètement rincée, contente d’avoir terminé mais un peu frustrée d’avoir fait des erreurs d’organisation qui m’ont freinées pendant la course… Je vois le mec devant moi prendre sa médaille je m’avance pour avoir la mienne et là on me dit « hum hum seulement pour les 33km » #SNIFF

img_3144
Seule photo d’après course !

En résumé, j’ai beaucoup aimé la discipline et très envie de retenter l’expérience en journée, avec des chaussures à ma taille, avec de quoi manger dans mon sac, avec un peu moins de kilomètre, avec une médaille à la fin.

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s