MK6 : #TakeChargePastis. 🙋🏾‍♂️

Previously on MK6 2016

Après avoir un peu subi MK6 l’année dernière : 1h15min52sec dans le dur, c’est « sans pression » que je décidais de m’élancer cette année. J’avais gardé un excellent souvenir du week-end et de la coloc avec les guépards de Bastille, et c’est surtout ça que je recherchais en ce début de saison.

img_0192-1
MK6 version 2K16

Course J-1

Quand j’arrive à Marseille, samedi vers 16h, je file au Palais des Congrès rejoindre les copains qui eux, arrivés 4h plus tôt, avaient déjà pu profiter pleinement de la ville et des spécialités locales…

img_0175
Soleil, rosé, copaings !
img_0177
La cagole !

Une fois les dossards récupérés, on file à l’appart pour le dîner & souffler quelques bougies : bonne soirée en perspective !

img_0207
Happy Bday Flo

Course H-4

Réveil à 5h, soit une heure avant l’horaire prévu… Certains téléphones n’ayant visiblement pas voulu passer automatiquement en heure d’hiver… 😴😴😴

Au moment de quitter l’appart pour le stade vélodrome, l’Orange Stadium, je reçois un SMS de Fanny : « Ça te dit de récupérer mon dossard? »

Ah oui, j’avais peut être omis de dire que mon mode “sans pression” sous entendait courir sans dossard, vu que je ne cherchais pas de perf. J’accepte donc et finalement révise mes plans de course : “je vais peut être pas la jouer si cool que ça…”.

On n’est plus qu’à 20 minutes du départ quand Sami me remet le précieux sésame, et on décide de courir ensemble. J’épingle mon dossard, file aux toilettes (rituel oblige)… mais à mon retour Sami n’est plus là, il a été se mettre en place.

Tout en me frayant un chemin dans la masse, j’essaie de le retrouver… en vain. C’est donc « seul » que je m’élance au coup de pistolet, mes yeux scrutant les coureurs dans l’espoir de repérer mon binôme.

Après 2km je suppose qu’il est déjà bien loin devant et me concentre sur ma course.

Plan de course

Avec un profil assez « similaire » au Paris-Versailles: des côtes et des descentes, j’avais besoin de quelques conseils pour améliorer mon chrono.

Les copains adeptes des trails ont bien voulu partager leurs techniques avec moi :

  • Se forcer à tenir l’allure fixée sur le plat,
  •  Favoriser une foulée « souple et légère » dans les montées pour s’économiser et bien relancer sur le plat.
  • Laisser dérouler les jambes dans les descentes (corps en avant, attaque médio pied, bien équilibrer avec les bras) et ne pas être dans le “contrôle” avec le corps penché vers l’arrière.

Voilà semble-t’il les clés de la réussiteplus qu’à mettre tout ça en pratique !

La première partie du parcours est assez grimpante. Ça monte progressivement, avec quelques zigzags sur environ 10km, avant de redescendre sur les 10 derniers km.

Le mistral souffle fort cette année, quand l’an dernier il faisait canicule, et c’est pas évident de grimper avec un vent de face, ou de côté.

Moi tentant de recoller le petit groupe de devant afin de m’abriter.     📷 Yoann Rochette

 

Yoann Rochette, photographe officiel sur l’événement, m’envoie quelques encouragements de l’arrière de sa moto, et j’entends qu’il me mitraille de son objectif.

A 2km du sommet, Sami apparaît à ma hauteur. Tout ce temps, il était en fait derrière moi. On échange quelques mots et le voilà parti.

Je l’accroche, en tâchant de ne pas trop forcer. Souvenez-vous : “souple dans les montées”

Et lorsque l’on arrive sur le plat, j’accélère progressivement avant de me laisser porter dans la descente.

“Le corps en avant,

On équilibre avec les bras et on laisse tourner les jambes”.

Le paysage défile à toute vitesse, les encouragements des spectateurs m’arrivent aux oreilles sans que je puisse distinguer les visages.

“Allez JR » me lancent les copains,

« Courage Adidas » hurlent les touristes,

« vous y êtes presque,… bravo” chantent les fanfares.

La fin de la course aurait pu être un pur plaisir, si ce nouveau parcours ne comptait pas ces 2-3 dernières bosses qui cassent le rythme et les pattes.

Je me force à ne pas ralentir, la ligne d’arrivée n’est plus très loin.

Dernière relance, j’aperçois l’arche au loin.

Je ne suis plus qu’à quelques mètres à présent, je vois que le chrono officiel affiche 1:14:25… je rassemble mes dernières forces pour le sprint final : 1:14:35

Finisher les pieds dans l’eau

 

n: center »>Bilan Dommage que la course ne se termine plus au bord de l’eau, mais une centaine de mètres plus haut (d’où les 2-3 bosses à la fin).

Mais à part cela, l’orga est toujours aussi top & les supporters toujours aussi chaleureux.

MERCI les copains pour vos précieux conseils, je n’ai jamais été aussi rapide en descente… et à l’heure où j’écris cela, mes cuisses le ressentent encore.

Je gagne une minute sur mon chrono de l’an passé, avec cette sensation d’avoir moins subi la course.

Un grand MERCI encore à Fanny pour le dossard, sans cela je n’aurai pas tenté le RP.

Merci aux Guépards de Bastille pour ce super week-end fort en émotions, c’était encore mieux que l’an passé… alors vivement l’édition 2018 !

Les finishers du MK6 – Yoann Rochette

 

r MK6 : ici

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s